La Truite saumonée a tenu son assemblée générale le 23/02/2019

“La Truite saumonée” a tenu son assemblée générale statuant sur son exercice 2018 le samedi matin 23 février 2019. Le choix du samedi plutôt que du vendredi a permis aux pêcheurs éloignés de pouvoir participer à la réunion. Les travaux se sont déroulés dans une ambiance cordiale et constructive en présence de Mathieu LABROUSSE Président de la Fédération de pêche de la Charente et de Mathieu TALLON du Syndicat du Bassin des Rivières de l’Angoumois (SYBRA) qui a présenté les travaux réalisés par le syndicat sur la rivière. Les rapports moral et financier de l’AAPPMA ont été approuvés à l’unanimité. Les quatre commissions de l’AAPPMA (Gardes de pêche particuliers, Communication et site Internet, Travaux et gestion de la rivière et Biodiversité) ont présenté leurs activités en 2018 et projets pour 2019.

Quelques questions saillantes ont émergé des débats :

  1. La saprolégniose qui sévit à nouveau sur la Touvre, même si l’épizootie semble moins violente cette année. Les taches blanches sur les truites affectées par la maladie sont spectaculaires et les poissons qui meurent troublent et mobilisent pêcheurs et riverains. M. LABROUSSE a demandé aux services préfectoraux si les piscicultures pourraient être impliquées dans la propagation de cette mycose sur la rivière et attend une réponse.
  2. Les modifications réglementaires qui s’appliqueront à l’ouverture de la pêche 2019. La limite amont du no-kill de La Camoche a été ramenée en aval excluant ainsi du parcours de graciation les jardins de Magnac-sur-Touvre en rive gauche de la rivière. Le report de l’ouverture de la fario au samedi 13 avril 2019 a été mis en place pour protéger l’espèce, compensé par le déversement massif d’1 tonne de truites arc-en-ciel afin que les pêcheurs ne soient pas pénalisés par cette mesure.
  3. Le panneautage déployé par les riverains depuis l’aval du no-kill jusqu’à Naval Group à Ruelle-sur-Touvre qui exige la remise obligatoire à l’eau des poissons capturés sur cette portion de rivière. Le président de l’AAPPMA a rappelé que l’obligation de relâcher les poissons capturés ressort non de la jouissance du droit de pêche mais du mode de pêche qui ne peut être défini que par un arrêté préfectoral. L’AAPPMA se propose d’accompagner riverains et pêcheurs pour prévenir les différends.

Un pot de l’amitié a clôturé l’assemblée générale qui a permis des échanges en aparté entre les participants.

Une vue de l’assistance.

2019-03-06T16:12:28+00:00 6 mars 2019|

Laisser un commentaire